[Total : 2    Moyenne : 3/5]

DECOUVERTE… BAOBAB CIMETIERE DE SINDIA : «Gouye Guéwel», témoin d’une tradition d’inhumation des griots sérères

Dans la société ancienne des Sérères, les griots morts n’étaient pas enterrés. Selon une vieille croyance, les enterrer symboliserait la rétention de l’eau dans le ciel. Et pour cette raison, ils étaient déposés et superposés dans des trous de baobab.

SINDIA – L’adansonia digitata, communément appelé baobab, est bien connu des Sénégalais et principalement des Africains du fait de ses nombreuses vertus. C’est un arbre à usage multiple et à la longévité exceptionnelle. Partout en Afrique, ses différentes parties (racines, écorces, feuilles, pulpe et graines) sont utilisées à des fins thérapeutiques, nutritionnelles, voire commerciales. Cependant, le baobab revêt un statut particulier dans les ethnies Sérères avant la période post indépendance. Dans plusieurs provinces sérères, ces arbres géants abritaient les tombeaux d’une certaine caste, notamment des griots. Une communauté qui se caractérise dans la société sénégalaise et africaine par la maîtrise de la tradition orale et culturelle.

Le griot est ainsi considéré comme étant le dépositaire de la tradition orale. Mais cette parfaite maîtrise de la tradition orale et culturelle ne leur donne pas le droit de se reposer dans les cimetières des «nobles» une fois la mort survenue. Dans la tradition païenne, les ethnies sérères n’enterraient pas leurs griots, ils les déposaient à l’intérieur des troncs creux de gros baobabs. Une tradition qui a été longuement conservée par ces derniers jusqu’au XXe siècle. Si dans d’autres provinces comme à Kahone (une localité située à 5 km nord-est de Kaolack), le roi déposait les dépouilles d’une catégorie de griots dans les baobabs pour les honorer, c’est le contraire qui se produisait dans les autres ethnies sérères, comme à Fimela, à Nianning, à Sindia et autres lieux du pays.

Un baobab pour tombeau

Un baobab pour tombeau

 

En visite à Sindia Lorome au «Gouye Guéweul», comme l’appellent communément les résidents de cette localité, l’on nous fait découvrir un de ces baobabs-cimetières des griots parmi les trois qui se trouvent dans le village de Sindia.  Situé à quelques jets de la route nationale n°1, sur l’axe Dakar-Mbour, «Gouye Guéweul» est bien connu des populations de Sindia qui venaient visiter et découvrir le secret de ce pittoresque site témoin d’une pratique vieille de plus de 70 ans. Autrefois, le baobab était perdu au milieu de la forêt, mais aujourd’hui, avec la déforestation et le désenclavement, l’arbre est visible sur tous ses angles. Sur ses 20 mètres de haut et 15 mètres de diamètre environ, le majestueux et gigantesque baobab tombeau garde jalousement son secret. A l’approche du baobab sacré, la vue est fascinante. Les trous qui longent le long de l’arbre donne un aperçu sur la situation historique du baobab cimetière. On y dénombre 6 trous.

«Enterrer un griot serait synonyme de sécheresse ou de saisons des pluies moins abondantes»

A proximité de ces trous, l’on observe aisément les ossements humains (crânes, côtes, tibias) qui sont au fond du baobab. «Les 6 trous qui y figurent étaient utilisés pour faire passer le défunt que l’on déposait au cœur de l’arbre», révèle notre guide, Moussa Waly Ciss. Et de préciser : «Les griots morts étaient déposés dans les baobabs parce que, selon la tradition ancienne des Sérères, enterrer un griot serait synonyme de sécheresse ou de saisons des pluies moins abondantes».

Rappelons que cette localité de Sindia est majoritairement habitée par des Sérères. Et pourtant, avant la période poste coloniale, ce terroir était le fief des Socés. D’ailleurs, c’est cette ethnie qui baptisa le village Sindia, un mot qui signifierait restez ici – où l’espace est sécurisé mystiquement – tout habitant et visiteur qui y accèdent. C’est après le départ des Socés que ce territoire fut occupé par les Sérères. Ce sont ces derniers qui seront les acteurs de cette pratique. Selon la dame Adama Diouf, sa communauté a souffert de cette «injustice» pendant deux décennies. «Je ne connais pas le nombre exact de corps qui ont été déposés dans ce baobab. Mais je suis en mesure de vous révéler qu’ils sont une vingtaine. C’est une pratique qui a duré des années et des années», révèle la dame que nous avons trouvée assise devant un magasin avec sa marchandise étalée à même le sol. «Au temps, ce n’est pas n’importe qui, qui faisait entrer le défunt dans le trou du baobab. Il fallait être un mystique, armer de pouvoir surnaturel pour le faire», confie A. Diouf avant d’ajouter : «C’était un certain Samba Faye qui déposait les morts à l’intérieur du baobab».

Mais cette façon d’inhumer n’était pas chose aisée. Car à en croire la dame, «celui qui doit déposer le corps dans le baobab devait arrêter de respirer pendant tout le temps qu’il se trouve à l’intérieur du baobab cimetière. Sinon un grand malheur aller s’abattre sur lui». Sur les raisons de ces conditions d’inhumation, Adama Diouf, issue d’une lignée de griots s’indigne : «Ils disposaient les corps dans ces trous de baobab parce qu’ils ne respectaient pas notre dignité humaine».

Une position qui est renforcée par un de ses pairs Soulèye Faye. D’après ce dernier, «leurs actions étaient guidées par l’ignorance». «Ce baobab était notre cimetière et la pluie tombait. Aujourd’hui, nous sommes inhumés sous terre et le ciel continue de pleuvoir. Ceci explique tout simplement qu’ils étaient des païens et qu’ils ne croyaient en rien», se désole Soulèye Faye.

Notons que par manque d’études scientifiques et de datation des ossements, il est quasiment impossible de dire le nombre exact de corps qui reposaient dans ce baobab et depuis quand ils y sont.

ADAMA DIOUF, PETITE-FILLE DE NDEBANE DIOUF, DERNIERE A ETRE ENTERREE DANS LE BAOBAB : «Ma grand-mère et mon frère ont été enterrés dans ce baobab tombeau»
SINDIA – Dans la communauté actuelle des griots de Sindia, il est rare, voire impossible, de trouver un témoin oculaire de ces séries d’enterrements. Les quelques rares personnes capables de témoigner sur les faits n’étaient pas nées ou encore trop jeunes pour se rappeler véritablement de ces événements. Mais en bonne conservatrice de la tradition orale, Adama Diouf, âgée de plus de 70 ans, nous raconte l’histoire que sa grande mère et son frère ont vécue. Ce, d’autant plus que sa grand-mère a été la dernière personne a être inhumée dans ce baobab.

«La dernière personne à être enterrée dans ce baobab est mon aïeule. C’est la maman de mon père et elle s’appelait Ndébane Diouf. C’est elle qui fut la dernière griotte a être inhumée dans ce baobab», renseigne Adama Diouf. Elle explique, qu’avant sa grand-mère, un autre membre de sa famille a été enterré dans le baobab cimetière. «Mon petit frère du nom d’Aliou Diouf est lui aussi enterré dans ce baobab. Ma grand-mère et mon frère ont été enterrés dans ce baobab tombeau», confie Adama Diouf. «Des membres de ma famille reposaient dans ce baobab. Mais tout cela, c’était à cause de l’ignorance, car nous sommes tous des descendants d’Adama et Awa. Maintenant, nos enfants ont grandi et appris le Coran. Et tout cela est à ranger aux oubliettes».

MALGRE LA CESSATION DE LA PRATIQUE DU BAOBAB CIMETIERE : Les griots de Sindia n’enterrent toujours pas leurs morts dans le même cimetière que les Sérères

SINDIA – Lorsque que les religions révélées ont été en pleine expansion au Sine et au Walo, les Sérères ont commencé à se convertir et à abandonner progressivement certaines pratiques païennes. Mais il a fallu attendre l’arrivée de l’islam et la conversion grandissante de cette ethnie pour pouvoir abolir de manière définitive cette pratique. La cessation des cultes païens s’est produite de plusieurs manières, et selon plusieurs formes.

Contrairement aux griots de Fimela qui se sont rebellés, de manière violente, pour mettre fin à la pratique de l’inhumation de leurs morts dans les baobabs cimetières, ceux de Sindia et de ses environs ont attendu jusqu’au lendemain des indépendances pour s’y opposer. C’est sous la houlette du vieux Dibor Diouf que la communauté de griots de Sindia, éprise de justice, est allée auprès du chef de canton d’alors, Aladji Socé Sall, pour demander l’octroi d’un terrain afin d’y inhumer ses morts dans les règles de l’art.

Selon les récits de nos interlocuteurs, c’est après leur conversion à l’islam que leurs parents païens se sont démarqués de cette tradition qui a longtemps écœuré les griots sérères. Ainsi, se rappelle A. Diouf, «nos grands parents se sont regroupés pour faire savoir à la communauté que tous les hommes naissent égaux et que désormais les griots doivent enterrer leurs morts comme le prédit l’islam». A l’en croire, c’est son grand père qui fut le premier à bannir cette pratique. «Mon grand-père, Modiane Diouf, a été le premier à interdire cette pratique. Après sa conversation à l’islam, il est allé chercher un espace dans les champs des Sérères pour en faire un cimetière», renseigne-t-il en indiquant qu’à la mort des jumeaux d’Ablaye Faye, ce dernier s’est révolté et les a enterrés dans les champs des Sérères qui deviendront leur cimetière. «Adama et Awa sont les premiers défunts de notre descendance à être inhumés de façon humaine», dit Adama Diouf.

Si cette conversion à la religion musulmane et les démarches auprès des chefs religieux comme Ababacar Sy ont été déterminantes dans la cessation de cette pratique, l’on nous signale aussi que les indépendances ont eu un effet considérable dans l’abandon de cette forme d’inhumation. «Au lendemain des indépendances, Senghor a mis fin à cette pratique», explique Soulèye Faye qui rajoute que «Senghor a fait remarquer à la communauté que si nous payons tous les mêmes impôts, on doit en retour avoir le droit d’inhumer nos morts dans des cimetières. Et depuis, nous avons notre propre cimetière, mais qui est différent de celui du reste de la communauté Sérère».

Effectivement, confirme le chef de village de Sindia, Ibrahima Seck, les griots ont leur propre cimetière qui est différent de celui du reste de la population. Ayant préféré souscrire aux propos des griots Soulèye Faye et Adama Diouf, du fait, dit-il «de la sensibilité du sujet», il fait noter que dans ce village sérère, «le débat sur l’historique du baobab est considéré comme un sujet tabou, et les descendants de cette communauté ne veulent plus parler d’une pratique vieille de plus de 70 ans».

CONSIDERE COMME UN BAOBAB SACRE : «Gouye Guéwel» ne doit pas être un lieu touristique, selon les griots
SINDIA – Contrairement aux baobabs de Kahone, de Nianing et de la réserve de Bandia, qui sont devenus un patrimoine national sacré et ouvert au grand public, celui de Sindia reste fermé aux visiteurs et aux touristes.

A Sindia, «Gouye Guéwel» ne connaît pas la grande affluence. Les visites sont réduites et les lieux sont quasi déserts. Le baobab tombeau est renfermé sur lui-même. N’eussent été ses nombreux trous qui attirent l’attention des curieux et les quelques ossements à l’intérieur de l’arbre, on n’oserait pas croire que ce baobab fut un lieu d’enterrement des griots. Et pour cause, les familles des griots refusent l’accès aux antiquaires et les inconditionnels touristes qui veulent fouiller dans leur passé.

Pourtant, vers les années 1990 et 2000, ce lieu était ouvert au public. Si la communauté des griots a pris la décision de fermer l’endroit, c’est parce que des malfrats y faisaient des pratiques malsaines. Pour Soulèye Faye et compagnie, les injustices qufont vécues leurs arrières grands parents ne doivent pas être source de revenus pour quiconque. «Il fut des temps, ils vendaient les ossements aux blancs et cela nous faisaient trop mal. Et malgré nos multiples sommations, les antiquaires continuaient de vendre les crânes et les os de nos ancêtres aux blancs», indique Soulèye Faye. Poursuivant il ajoute : «Personne d’entre-eux n’accepterait qu’on déterre ses parents et qufon vende ses restes aux touristes».

«Nous sommes prêts à nous sacrifier pour que ces pratiques cessent. C’est une page qu’il faut tourner. Même pour des milliards de francs Cfa nous nfaccepterons pas que les ossements de nos parents soient retirés du baobab et vendus à des inconnus, ou en faire un site touristique. Il en va de notre dignité», prévient M. Faye. Et de révéler que «quand les antiquaires ont persisté à vendre les restes de nos aïeux, nous avons recueilli tous les ossements qui se trouvaient dans le baobab et on les a mis dans un sac pour ensuite les enterrés dans une fosse quelque part dans la forêt».