Boutique Biologiquement.comSénégal, Baobab, arbre africain à caudex du genre Adansonia

  Posté par abaobab.com       4 commentaires
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

 Baobab du Sénégal, arbre africain à caudex du genre Adansonia digitata

Apparemment les Sterculiacées, les Bombacacées Tiliacées et Malvacées feraient tous partie de la famille des Malvacées.
Dans les Sterculiacées il y a Theobroma et Herrania.

Dans les Bombacacées il y a l’arbre ” provision ” (Pachira aquatica Aube) le durian (D. zibethinus), le kapok (ceiba pentandra L.) et le baobab (Adansonia digitalis L.)
Ce qui fait du baobab un parent lointain du cacao.

Le baobab africain est la plus connue des 8 espèces de Baobab. C’est un arbre africain à caudex du genre Adansonia et de la famille des Bombacacées, selon la classification classique, ou des Malvacées, selon la classification phylogénétique. Sacré pour plusieurs cultures, c’est aussi un arbre à palabre qu’il est malvenu ou sacrilège de couper. C’est l’arbre typique de l’Afrique tropicale sèche et l’emblème du Sénégal.

Le fruit du baobab bio sauvage, d'où on extrait la poudre de pain de singe
Le fruit du baobab bio sauvage, d’où on extrait la poudre de pain de singe

Etymologie

Son nom vient de l’arabe bu hibab, fruit à nombreuses graines. En effet, chacun de ses fruits ovales contient souvent plusieurs centaines de graines dont on peut extraire une huile alimentaire.

Description

L’arbre au tronc ventru et au bois mou gorgé d’eau a une allure caractéristique et vit longtemps. Certains sont millénaires. Il est généralement très massif et peut atteindre 25 m de haut et plus de 12 m de diamètre avec une couronne de branches irrégulières et dépourvues de feuilles 9 mois sur 12. C’est une des explications à son appellation ” l’arbre à l’envers ” car il parait avoir été retourné tête en bas.

Adansonia digitata a un caractère botanique unique dans le genre Adansonia : des fleurs blanches pendantes, au contraire des autres espèces à fleurs érigées.
L’écorce fibreuse grise et lisse sert à confectionner cordes et cordages. Le Baobab a la particularité de pouvoir régénérer celle-ci. La sève entre dans la fabrication du papier.

La feuille de baobab riche en protéines et minéraux (calcium, fer, potassium, magnésium, manganèse, phosphore et zinc) se consomme bouillie. Elle est utilisée en décoctions pour tisanes médicinales. Elle sert de fourrage pour le bétail durant la saison sèche.

Le fruit du Baobab se présente sous une forme oblongue d’environ 10 cm. de diamètre et 20 cm. de long. Il contient de petites graines comestibles au goût acidulé que consomment aussi bien les humains que les singes (d’où son appellation pain de singe).

Longévité

Le baobab africain est un arbre à la longévité exceptionnelle, surtout présent au Sénégal. D’une croissance lente, on trouve des spécimens qui seraient âgés de près de 2 000 ans. En fait, ces arbres ne produisent pas de cernes tous les ans du fait des sécheresses récurrentes qui touchent la savane africaine, il est donc difficile de déterminer leur âge par des méthodes de dendrochronologie.

Sénégal, Baobab, arbre africain à caudex du genre Adansonia
Sénégal, Baobab, arbre africain à caudex du genre Adansonia

Utilisation alimentaire et médicinale

Grillées, les graines du baobab peuvent remplacer le café. Riches en phosphate, elles sont aussi utilisées pour la fabrication de savon et d’engrais. La pulpe des fruits frais ou séchée (pain de singe) est utilisée pour la confection de boissons, riches en vitamines B1 et C.

Les jeunes pousses et les racines des jeunes plants sont consommées comme des asperges.
Au Sénégal, le lalo est une poudre de feuilles de baobab séchées, riches en calcium et en fer, que l’on incorpore aux céréales ou aux sauces, notamment lors de la préparation du couscous de mil.
En Afrique de l’Ouest, le fruit, séché, est appelé “pain de singe” : en décoction, cette boisson est préconisée en cas de constipation pour ses vertus astringentes (=qui assure un resserrement).

Les gens du pays parlent d’imodium local.
Dans plusieurs des villages visités le baobab est présenté comme arbre sacré.

Soit dans le cadre de pratiques païennes, soit christianisé.
En vieillissant le tronc devient creux. Cette cavité servait autrefois de sépulture pour les griots. Les griots étaient/sont des poètes musiciens ambulants, dépositaires de la culture orale.

4 réponses sur “Sénégal, Baobab, arbre africain à caudex du genre Adansonia”

  1. Bonjour,
    Je vois que la nature refait surface et j’en suis heureux, si seulement les populations pouvaient prendre conscience que la nature a tout prévu pour les humains et les animaux même pour soigner les maladies graves. Petit à petit nous redécouvrons les vertus de telle ou telle plante, tout cela étai connu dans des temps éloignés mais l’humain c’est éloigné de cette mère nourricière qu’est la nature, non seulement il s’en ait éloigné mais il ne la respecte plus par ses pollutions chimiques tous azimuts mais aussi par le béton et le goudron que l’on répand partout dans une désinvolture totale, quant à la pollution des rivières cela se passe de commentaire. Je vois déjà la réaction de certaines personnes(une grande majorité)qui vont lire cet article, qui est ce farfelu, cet utopiste, encore un rêveur qui refuse le progrès. Je ne suis ni l’un ni l’autre, je suis seulement un humain, un simple mortel qui est conscient que nous sommes qu’un passage sur cette planète et que le pèlerinage est court même sil la médecine et la science disent que l’on vit plus longtemps, je ne vais pas polémiquer sur ce sujet car ce n’est pas le but de ce commentaire et je reviens à ce qui nous intéresse.
    Ayant vécu pas mal d’années en Afrique de part ma profession, je connaissais les vertus du baobab et de ses fruits, c’est presque un arbre magique comme disent les autochtones. Personnellement, sur place, j’ai eu l’occasion de constater les vertus nutritionnelles antioxydantes et médicinales de cet arbre, et je viens encore de le constater sur moi même en ce moment dans le domaine de l’effort physique. Je comprends que beaucoup de sportifs l’utilisent pour la compétition. Cependant, il faut travailler à l’amélioration de l’extraction des jus en évitant la chaleur par le chauffage car n oublions pas que la chaleur détruit pas mal de composants, il y a un travail de recherche à faire sur ce sujet mas c’est possible. Merci à ceux qui ont eu le courage de faire connaître le produit de cet arbre en Europe.

    Jacues Turchet Ing.agro Paris Lyon

  2. Nice and well crafted blog with complete information about Sénégal, Baobab, arbre africain à caudex du genre Adansonia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *