[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le baobab, une espĂšce si peu connue mais tellement riche

Le baobab, une espĂšce si peu connue mais tellement riche

Le baobab, une espĂšce si peu connue mais tellement riche

Les baobabs de Madagascar s’invitent Ă  la RĂ©union… Demain, sera projetĂ© en avant-premiĂšre le film “Baobabs entre ciel et terre”. Pascal Danthu, chercheur au Cirad, rĂ©pond Ă  nos questions.

“Baobabs, entre ciel et terre” est un film, produit par le Cirad, qui a reçu le TrophĂ©e d’argent au festival du film scientifique de la RĂ©union en 2010. La projection sera suivie de la remise du prix au scientifique du film, chercheur au Cirad Ă  Madagascar, Pascal Danthu, de passage Ă  la RĂ©union pour cette occasion.
Zinfos974 : Pourquoi ce projet?

Pascal Danthu : L’idĂ©e est nĂ©e Ă  partir de la demande de diffĂ©rents acteurs de Madagascar qui avaient l’impression que les baobabs ne se rĂ©gĂ©nĂ©raient plus. Il faut savoir qu’Ă  Madagascar on trouve sept espĂšces sur les huit prĂ©sentes dans le monde. Nos recherches sont donc parties de cette perception d’un dĂ©ficit de rĂ©gĂ©nĂ©ration.

Mais votre projet est finalement plus vaste que cela…

Au final, si beaucoup de personnes connaissent le baobab, nous ne savons que peu de choses sur cet arbre. Demeurent de nombreux mystĂšres scientifiques Ă  son sujet. Nous avons donc dĂ©cidĂ© de travailler sur trois axes majeurs : le fonctionnement biologique du baobab dans son Ă©cosystĂšme, les usages et perceptions des populations locales sur le baobab, enfin, le baobab envisagĂ© comme source de molĂ©cules utiles (Ă©corce, fruits, graines, feuilles…)

Le fruit du baobab bio sauvage, d'oĂč on extrait la poudre de pain de singe

Le fruit du baobab bio sauvage, d’oĂč on extrait la poudre de pain de singe

Avez-vous des premiers éléments de réponse?

AprĂšs quatre ans d’Ă©tudes, nous nous apercevons d’abord que le baobab ne correspond pas au modĂšle biologique classique et adopte des comportements tout Ă  fait particuliers. A titre d’exemple, au-delĂ  des six espĂšces endĂ©miques qui existent Ă  Madagascar, nous avons constatĂ© des variants gĂ©nĂ©tiques issus de croisements entre les espĂšces.

Confirmez-vous le déficit de régénération du baobab à Madagascar?

Il est encore trop tĂŽt pour tirer de nettes conclusions, mais nous avons tendance Ă  penser que la prĂ©sence de baobab sur un territoire peuplĂ© favoriserait une plus lente rĂ©gĂ©nĂ©ration. Mais pour poursuivre nos recherches, nous pensons qu’il est important de s’Ă©lever en Ă©tudiant l’Ă©cosystĂšme Ă  partir d’images satellitaires et de s’enfoncer dans les terres, lĂ  oĂč l’homme est peu prĂ©sent. A ce propos, dĂšs mon retour Ă  Madagascar, nous partons pour dix jours au Nord de l’Ăźle, dans des zones peu peuplĂ©es.

Pourquoi venir en parler Ă  la RĂ©union?

Nous souhaitons toucher le grand public Ă  travers cette rĂ©flexion menĂ©e autour du baobab, espĂšce bien connue de tous, car c’est aussi une façon de sensibiliser autour des thĂ©matiques plus globales que sont la dĂ©forestation, l’Ă©cosystĂšme, la protection des milieux naturels… Et puis, l’Ă©tude du baobab peut ĂȘtre intĂ©ressante tant sur le plan sociologique, scientifique qu’Ă©conomique.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Conte autour du baobab

Je suis dans la cour d’une famille Camerounaise dans la ville de Garoua. MalgrĂ© ma stature imposante personne ne fait plus attention Ă  moi. Pourtant je connais tous les secrets de la cour, j’y ai vu naĂźtre bon nombre des membres de la famille. Je participe Ă  la vie de chacun et je partage avec eux ce qu’ils estiment de meilleur. Je suis toujours de la fĂȘte, car mariage, naissance ou funĂ©railles je fais parti du repas. On utilise mes feuilles pour prĂ©parer la dĂ©licieuse sauce qui accompagne les plats. De mon fruit, aussi appelĂ© pain de singe les femmes prĂ©parent une dĂ©licieuse boisson.

Une histoire de baobab


Une histoire de baobab


Dans cette famille, je suis arrivĂ© discrĂštement sans faire de bruit et je me suis installĂ© Ă  proximitĂ© du mur de clĂŽture, non loin de la cuisine. Lors de la prĂ©paration de la boisson Ă  base du fruit du baobab. Je fus jetĂ© et piĂ©tinĂ©. Puis, j’ai germĂ©, grandi et les occupants de la maison ont eu la bonne idĂ©e de me protĂ©ger. TrĂšs rapidement mon tronc s’est formĂ©. DĂšs la premiĂšre annĂ©e, j’ai donnĂ© suffisamment de feuilles pour prĂ©parer quelques sauces enrichissant la boule de mil de la famille.

La maĂźtresse de la maison veille sur moi et me gratifie rĂ©guliĂšrement de cuvettes d’eau quand elle prĂ©pare les repas. Les premiĂšres annĂ©es, ce traitement de faveur a bien facilitĂ© ma croissance. C’est ainsi que j’ai pris place et grandi dans cette famille. Les uns et les autres remarquaient que je grandissais et grossissait plus vite que les autres baobabs de la brousse. Assez vite, je connu mes premiĂšres fleurs et mes premiers fruits. Alors ma frondaison gĂ©nĂ©reuse Ă©tait rĂ©guliĂšrement et violemment plumĂ©e de mes feuilles tendres et n’épargnant pas mes petites branches. NĂ©anmoins, je reverdissais joyeusement dĂšs les premiĂšres pluies.

Le fruit du baobab bio ou pain de singe séché naturellement

Le fruit du baobab bio ou pain de singe séché naturellement

Un jour, un jeune enfant de la maison ne pu s’empĂȘcher de poser une question Ă  son pĂšre « Dis pourquoi papa notre baobab ne donne-t-il plus de belles fleurs et de gros fruits ? » Le pĂšre fut surpris de la question et rĂ©pondit « ce que tu dis c’est la vĂ©ritĂ© » « Nous coupons trop les petites branches de notre baobab et nous devrions toujours en laisser quelques unes. Ainsi, il pourrait refleurir et donner Ă  nouveau des fruits » Le soir mĂȘme, Ă  la lueur de la lune, le chef de la famille a rassemblĂ© toutes les personnes de la concession. Il leur demanda faire silence et de me regarder. Alors toutes les tĂȘtes se levĂšrent et tous les yeux se tournĂšrent vers moi. Ce soir lĂ , j’étais devenu important.

Le chef de famille déclara « Ce baobab est pour nous une grande richesse, il nous donne chaque année beaucoup de feuilles pour la sauce que nous aimons tant. Mais le baobab ne donne plus de fleurs, ni de fruits car nous coupons toutes ses petites branches « « Nous devons jardiner notre baobab et les fleurs et les fruits reviendront. Pour moi, jardiner vous dire prendre soin de notre baobab» Désormais, je vous demande de ne plus couper les branches sur un coté ainsi les fleurs et fruits reviendront »

La consigne fut bien respectée et les années qui suivirent je portais à nouveau beaucoup de fleurs et de fruits. Puisse cette nouvelle se répandre dans tout le Sahel. Les baobabs seront tous jardinés et porteront beaucoup de fruits.

Jean Yves CLAVREUL


[Total : 2    Moyenne : 4.5/5]

Barre avoine orge pécan noisette chocolat Baomix pulpe de baobab bio

INGREDIENTS

Pour 6 personne(s)
– 30g de crĂšme liquide
– 70g de chocolat noir
– 60g de pulpe de baobab Baomix
– 6 cĂ s de miel
– 40g de noix de pĂ©can et de noisettes concassĂ©es
– 10g de flocons d’avoine
– 10g de flocons d’orge
– 15g de riz soufflĂ©
PREPARATION
1 Faire fondre le chocolat, la crĂšme et le miel.
2 Mettre tous les autres ingrédients dans un saladier. Verser dessus le mélange chocolat fondu, bien mélanger
3 Disposer dans des moules en silicone en forme de barres. Mettre 1 nuit au frigo. Emballer dans de l’aluminium
4 Elles se conservent facilement 2 semaines au frais

Pour 6 personne(s)

– 30g de crĂšme liquide

– 70g de chocolat noir

– 60g de pulpe de baobab Baomix

– 6 cĂ s de miel

– 40g de noix de pĂ©can et de noisettes concassĂ©es

– 10g de flocons d’avoine

– 10g de flocons d’orge

– 15g de riz soufflĂ©

PREPARATION

1 Faire fondre le chocolat, la crĂšme et le miel.

2 Mettre tous les autres ingrédients dans un saladier. Verser dessus le mélange chocolat fondu, bien mélanger

3 Disposer dans des moules en silicone en forme de barres. Mettre 1 nuit au frigo. Emballer dans de l’aluminium

4 Elles se conservent facilement 2 semaines au frais .


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Un baobab bonsaĂŻ dans votre salon: Placez-le dans un endroit chaud (tempĂ©rature minimum 12°C) et bien Ă©clairĂ© prĂšs d’une fenĂȘtre.

Dans certaines rĂ©gions il sera possible de le placer en extĂ©rieur du mois de juin au mois de septembre. Arrosez-le copieusement quand la motte de terre est sĂšche. Peut attendre 1 mois avant l’arrosage suivant. Continuez les arrosages mĂȘme si le baobab perd ses feuilles pendant l’hiver. Vous pouvez laisser grandir votre baobab comme un arbre d’intĂ©rieur en le repiquant dans une poterie de taille consĂ©quente ou bac Ă  rĂ©serve d’eau. Le baobab se rempote tous les deux ans. Taillez les racines d’un tiers de leur longueur. Choisissez un pot en terre cuite trouĂ© d’une taille supĂ©rieure. Remplissez celle-ci d’un mĂ©lange de terreau (70%) et de sable (30%). Rempotez-le et arrosez-le.

Plant d'arbre de Baobab, Baobab bonsaĂŻ

Plant d’arbre de Baobab, Baobab bonsaĂŻ

Notre producteur de plants respecte les rĂšgles du commerce Ă©quitable: principe de solidaritĂ© internationale en faveur des pays en voie de dĂ©veloppement. Il pratique le commerce Ă©quitable depuis de nombreuses annĂ©es afin de permettre Ă  ses salariĂ©s de vivre convenablement en leur garantissant un revenu “juste”, tout particuliĂšrement pour les femmes et les personnes vivant dans le besoin, mais aussi de protĂ©ger les enfants de toute exploitation.
Plant d’arbre de Baobab racines nues commerce Ă©quitable.

Arbre de baobab bonsaĂŻ en pot

Arbre de baobab bonsaĂŻ en pot

Le Baobab

Le baobab est un des arbres les plus utiles du Sahel. Cela lui vaut la protection et la vĂ©nĂ©ration de la population. Source d’ombrage et point de repĂšre dans le paysage, il sert de lieu de rassemblement pour les marchĂ©s ou d’autres manifestations. Les feuilles riches en calcium, fer, protĂ©ines et lipides, constituent un complĂ©ment alimentaire trĂšs utile. Le fruit est communĂ©ment appelĂ© “pain de singe”. Sa pulpe permet la fabrication de boissons rafraĂźchissantes riches en vitamines B1 et C. Les jeunes plantules et leurs racines se mangent telles des asperges. Les graines noires, enfermĂ©es dans la pulpe, peuvent ĂȘtre grillĂ©es et consommĂ©es. Elles contiennent plus de protĂ©ines que l’arachide et ont un pourcentage de lysine (acide aminĂ© indispensable Ă  la croissance) plus Ă©levĂ© que chez les lĂ©gumineuses. Au moment de la montĂ©e de sĂšve, les paysans extraient les fibres de l’Ă©corce sur 1,50 mĂštre de hauteur et sur toute la circonfĂ©rence pour confectionner des cordes. Le bois tendre et spongieux n’est pratiquement pas utilisĂ©. Il contient beaucoup d’eau, jusqu’Ă  10.000 litres dans les gros arbres. En cas de disette, hommes et animaux le mĂąchent pour apaiser leur soif. Les vieux arbres comportent souvent des cavitĂ©s naturelles ou creusĂ©es qui servent soit de citernes Ă  eau, soit de grenier Ă  cĂ©rĂ©ales et autres provisions, soit de refuge ou soit de lieu de sĂ©pulture. Il a une haute rĂ©sistance au feu et Ă  la sĂ©cheresse. On lui connaĂźt trĂšs peu d’ennemis: Les jeunes sujets sont dĂ©truits par le bĂ©tail ou le feu, les plus grands sont endommagĂ©s par les Ă©lĂ©phants qui cassent des branches, les vieux sujets sont foudroyĂ©s, renversĂ©s par la tempĂȘte ou s’effondrent.
Feuillage: Caduc durant la saison sĂšche.Floraison: En fin de saison sĂšche ou juste avant les premiĂšres pluies, souvent avant les premiĂšres feuilles.

Type de sol: Faiblement acide Ă  calcaire, plutĂŽt sec.

Climat: Température supérieure à 12°C.

Exposition: Pleine lumiĂšre.Le commerce Ă©quitable est un partenariat commercial fondĂ© sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir Ă  une plus grande Ă©quitĂ© dans le commerce mondial. Il contribue au dĂ©veloppement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisĂ©s.
Feuillage: Caduc durant la saison sĂšche.
Floraison: En fin de saison sĂšche ou juste avant les premiĂšres pluies, souvent avant les premiĂšres feuilles.
Type de sol: Faiblement acide Ă  calcaire, plutĂŽt sec.
Climat: Température supérieure à 12°C.
Exposition: Pleine lumiĂšre.
Le commerce Ă©quitable est un partenariat commercial fondĂ© sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir Ă  une plus grande Ă©quitĂ© dans le commerce mondial. Il contribue au dĂ©veloppement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisĂ©s.
Le Baobab
Le baobab est un des arbres les plus utiles du Sahel. Cela lui vaut la protection et la vĂ©nĂ©ration de la population. Source d’ombrage et point de repĂšre dans le paysage, il sert de lieu de rassemblement pour les marchĂ©s ou d’autres manifestations. Les feuilles riches en calcium, fer, protĂ©ines et lipides, constituent un complĂ©ment alimentaire trĂšs utile. Le fruit est communĂ©ment appelĂ© “pain de singe”. Sa pulpe permet la fabrication de boissons rafraĂźchissantes riches en vitamines B1 et C. Les jeunes plantules et leurs racines se mangent telles des asperges. Les graines noires, enfermĂ©es dans la pulpe, peuvent ĂȘtre grillĂ©es et consommĂ©es. Elles contiennent plus de protĂ©ines que l’arachide et ont un pourcentage de lysine (acide aminĂ© indispensable Ă  la croissance) plus Ă©levĂ© que chez les lĂ©gumineuses. Au moment de la montĂ©e de sĂšve, les paysans extraient les fibres de l’Ă©corce sur 1,50 mĂštre de hauteur et sur toute la circonfĂ©rence pour confectionner des cordes. Le bois tendre et spongieux n’est pratiquement pas utilisĂ©. Il contient beaucoup d’eau, jusqu’Ă  10.000 litres dans les gros arbres. En cas de disette, hommes et animaux le mĂąchent pour apaiser leur soif. Les vieux arbres comportent souvent des cavitĂ©s naturelles ou creusĂ©es qui servent soit de citernes Ă  eau, soit de grenier Ă  cĂ©rĂ©ales et autres provisions, soit de refuge ou soit de lieu de sĂ©pulture. Il a une haute rĂ©sistance au feu et Ă  la sĂ©cheresse. On lui connaĂźt trĂšs peu d’ennemis: Les jeunes sujets sont dĂ©truits par le bĂ©tail ou le feu, les plus grands sont endommagĂ©s par les Ă©lĂ©phants qui cassent des branches, les vieux sujets sont foudroyĂ©s, renversĂ©s par la tempĂȘte ou s’effondrent.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]
BAOIL l’huile de graines de Baobab biologique
Baobab : Adansonia digitata L.

BAOIL l’huile de graines de Baobab biologique

Baobab : Adansonia digitata L.

TrĂšs hydratante, l’huile de baobab nourrit les peaux sĂšches et prĂ©vient l’apparition de rides. Ses propriĂ©tĂ©s Ă©mollientes et adoucissantes en font un soin efficace pour traiter les gerçures. Elle permet aussi de soulager les affections de l’épiderme telles que l’eczĂ©ma, le psoriasis ou les petites plaies. Elle protĂšge les fibres capillaires et le cuir chevelu, en redonnant aux cheveux secs leur souplesse et leur brillance. Elle renforce les ongles cassants, et se rĂ©vĂšle trĂšs bĂ©nĂ©fique en huile de massage pour apaiser les zones fatiguĂ©es du corps. Enfin, son application est recommandĂ©e aux femmes enceintes pour amĂ©liorer l’élasticitĂ© de la peau et Ă©viter ainsi les vergetures.
Emolliente et adoucissante avec un plus pour la facilitĂ© de pĂ©nĂ©tration et un toucher particuliĂšrement doux. Elle contient de nombreux tocophĂ©rols (comme l’huile d’argan sa voisine). Dans ses insaponifiables, on trouve des acides cyclopropĂ©niques, qui sont certainement la source de cette activitĂ© anti-inflammatoire connue traditionnellement. Utilisation traditionnelle en huile de massage.

Baoil l'huile de graine de baobab biologique AB ecocert

Baoil l’huile de graine de baobab biologique AB ecocert

Acheter Baoil sur la boutique agoji

PropriĂ©tĂ©s de l’huile de baobab biologique :
– Emolliente, adoucissante, protectrice
– Nourrissante, rĂ©gĂ©nĂ©rante, redonne souplesse et douceur, protĂšge la peau du vieillissement cutanĂ©
– Apaisante
– Cicatrisante cutanĂ©e
– Embelliseur capillaire
Ses propriétés émollientes et adoucissantes en font un soin efficace pour traiter les irritations cutanées.
Le baobab est réputé pour sa longévité (estimée à 3000 ans) et pour sa grande résistance à la sécheresse.
L’huile de baobab est extraite des graines contenues dans ses fruits. TrĂšs hydratante, elle nourrit les peaux sĂšches et prĂ©vient l’apparition de rides.
Ses propriétés émollientes et adoucissantes en font un soin efficace pour traiter les irritations cutanées.
Une huile biologique pour le respect de la nature et de l’homme.
Elle ne bouche pas les pores de la peau, fluide elle est rapidement absorbĂ©e, elle est dotĂ©e d’une excellente pĂ©nĂ©tration.
Cette huile est trÚs appréciée pour ses propriétés médicinales.

Le fruit de baobab bio d'oĂč on extrait les graines pour produire l'huile de baobab bio

Le fruit de baobab bio d’oĂč on extrait les graines pour produire l’huile de baobab bio

Indications :
– Soin des peaux sensibles et irritĂ©es
– Ongles cassants
– Cheveux secs, cassants, fourchus
– Gerçures, crevasses, prĂ©vention des vergetures
– Douleurs et contractures musculaires
Usage externe :
Pure ou mĂ©langĂ©e avec des huiles essentielles ou d’autres huiles vĂ©gĂ©tales :
– en applications locales pour les soins cutanĂ©es
– en massages contre les contractures et douleurs musculaires
– en masques comme soin du cheveux
– L’huile de baobab biologique Ă  un fort pouvoir anti-oxydant, et contient de nombreux tocophĂ©rols (vitamine E et en acides gras insaturĂ©s).
– L’huile de baobab biologique protĂšge la fibre capillaire et le cuir chevelu, apporte brillance et souplesse aux cheveux secs.
– L’huile de baobab biologique est recommandĂ©e aux femmes enceintes pour amĂ©liorer l’Ă©lasticitĂ© de la peau et Ă©viter ainsi les vergetures.
– L’huile de baobab biologique est rĂ©paratrice et cicatrisante (brulure, acnĂ©, gerçures, ongles cassants) elleredynamise la peau et relance des fonctions vitales des cellules.
– L’huile de baobab biologique soulage les affections de l’Ă©piderme telles que l’eczĂ©ma, le psoriasis ou les petites plaies.
– L’huile de baobab biologique renforce les ongles cassants.
– L’huile de baobab biologique se rĂ©vĂšle trĂšs bĂ©nĂ©fique en huile de massage pour apaiser les zones fatiguĂ©es du corps.
– L’huile de baobab biologique traite Ă©galement les cheveux secs et/ou fourchus mais les cheveux frisĂ©s ou crĂ©pus.(masques capillaires).
– L’huile de baobab biologique redynamise la peau et relance les fonctions vitales des cellules, elle rĂ©gĂ©nĂšre rapidement les tissus.
– L’huile de baobab biologique est rĂ©paratrice et cicatrisante (brulure, acnĂ©).
– L’huile de baobab biologique protĂšge les cellules (assouplit et apaise la peau, soulage la peau irritĂ©e)
– L’huile de baobab biologique protĂšge la peau des agressions extĂ©rieures (soleil, froid, vent, pollution) l’adoucit et la prĂ©serve du dessĂšchement.
– L’huile de baobab biologique convient Ă©galement au soin des peaux matures.
– L’huile de baobab biologique aide Ă  la cicatrisation des plaies.
– L’huile de baobab biologique à des propriĂ©tĂ©s antalgiques, et soulage les maux de dent, les contractures et les douleurs musculaires.
– L’huile de baobab biologique est rĂ©gĂ©nĂ©rante et anti-inflammatoire elle soulage des courbatures.
Cette huile peut ĂȘtre utilisĂ©e Ă  des fins culinaires.

Baoil l'huile vierge de graines de Baobab biologique

Baoil l’huile vierge de graines de Baobab biologique

Propriétés Organoleptiques :
· Aspect : liquide huileux trÚs fluide
· Couleur : jaune clair
· Odeur : trÚs douce
· Odeur : noisette
Mode d’obtention : L’huile de baobab est obtenue par pression mĂ©canique Ă  froid des graines du fruit. Son odeur est douce.
Conservation : Garder l’huile de Baobab dans son flacon opaque protĂ©gĂ© de la lumiĂšre, bien fermĂ© Ă  l’abri de l’air, de la chaleur (tempĂ©rature infĂ©rieure Ă  25 °C).
Certification : 100% issus de l’agriculture biologique, garantir de qualitĂ© et de traçabilitĂ©
Origine: Sénégal
Conseil d’application : appliquer l’huile de baobab sur la totalitĂ© du visage ou toutes parties du corps, le film hydrolipidique se reconstitue naturellement. Ce film permet de prĂ©server l’eau contenue dans l’Ă©piderme. Souplesse et douceur assurĂ©es.
Composition en acides gras
Composition : Acides gras : acide myristique 0.2%, acide pentadécanoïque 0.1%, acide palmitique 23.1%, acide palmitoléique 0.3%, acide margarique 0.2%, acide heptadécénoïque 0.4%, acide stéarique 4.5%, acide oléique (oméga 9) 33.1%, acide linoléique (oméga 6) 31%, acide alphalinolénique 0.3%, acide arachidique 1%, acide gadoléique 0.2%, acide béhénique 0.4%, acide tricosanoïque 0.1%, acide lignocérique 0.2%, autres acides gras 5.1%
Acides gras essentiels poly-insaturés (AGPI ou AGE) ou vitamine F : acide linoléique (oméga 6) (35.6%)
PropriĂ©tĂ©s cosmĂ©tiques des acides gras insaturĂ©s : nourrissantes, protectrices, adoucissantes, assouplissantes, rĂ©gĂ©nĂ©rantes, redonnent Ă©clat et souplesse, prĂ©servent d’un vieillissement prĂ©maturĂ©.


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Quiche Poireaux au Baomix, pulpe de baobab

 

Quiche Poireaux au Baomix, pulpe de fruit de baobab biologique

Quiche Poireaux au Baomix, pulpe de fruit de baobab biologique

Ingrédients
8 Ă  10 Poireaux.
1 rouleau de Pate feuilletée.
3 ƒufs.
2 cuillĂšres Ă  Soupe de Baomix.
20 cl de CrĂšme liquide.
30 cl de Sauce Spécial gratin.
30 grammes d’Emmental RĂąpĂ©.
Une pincée de Sel de Guérande.

Préparation
Nettoyer les Poireaux.
Les couper finement.
Faire cuire les Poireaux Ă  la vapeur.
Les laisser refroidir.
Pendant ce temps,
(PrĂ©paration de l’appareil)
Dans un petit Saladier.
Mettre la Sauce Spécial Gratin.
Ensuite la CrĂšme Liquide.
Ajouter 2 cuillĂšres Ă  Soupe bien pleine de Baomix.
Casser les 3 Ɠufs .
Ajouter une pincée de Sel de Guérande.
Mélanger délicatement.
Ensuite Battre Ă©nergiquement l’appareil.

Cuisson
Au début de la préparation préchauffer le Four à 205 degrés,
Si possible en position Chaleur Tournante.
Prendre un Plat en TĂ©fal ou un Moule.
Etaler la PĂąte.
Piquer la PĂąte avec une Fourchette.
RĂ©partir les Poireaux refroidis.
Verser le MĂ©lange sur les Poireaux.
Saupoudrer avec l’Emmental.
Mettre le Plat au four Ă  mi hauteur.
Cuire 35 Ă  45 minutes.
Le dessus doit ĂȘtre bien dorĂ©.
Laisser refroidir Hors du Four.
Il est souhaitable de déguster ce Plat tiÚde.

Bon Appétit.

Conclusions
Ce Plat est original, un gout légÚrement acidulé, trÚs gouteux.
Se mange aussi rĂ©chauffĂ©, il n’est que meilleur.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Yoann le couster champion d’escalade, conseil le Baomix pulpe de baobab pour la compĂ©tition.

Yoann Le Couster  consomme quotidiennement du Baomix, la pulpe de fruit de baobab, il y puise toute l’énergie dont il a besoin pour l’aider Ă  remporter ses compĂ©titions.

 

Yoann Le Couster champion d’escalde consomme du Baomix biologique pulpe de fruit du Baobab

Yoann Le Couster champion d’escalde consomme du Baomix biologique pulpe de fruit du Baobab

 

Baomix un excellent complément alimentaire pour la diététique du sportif.

Baomix contient de la Thiamine (vitamine B1) et de la riboflavine (vitamine B2), essentielle Ă  une bonne rĂ©gĂ©nĂ©ration des cellules souches de la peau ainsi que de la niacine (vitamine Pp B3), efficace dans la rĂ©gulation de nombreuses fonctions mĂ©taboliques. La poudre de pulpe de fruit du baobab biologique Baomix est Ă©galement trĂšs riche en minĂ©raux, calcium, fer, potassium, magnĂ©sium, manganĂšse, phosphore, zinc ainsi qu’en acides gras essentiels.

Baomix, la pulpe de baobab est un dynamisant naturel, sans risque de dopage.

 

Difficulté :

L’escalade de difficultĂ© consiste Ă  parcourir une ou plusieurs voies en tĂȘte avec un assurage du bas et Ă  rĂ©aliser cette (ou ces voies) dans un temps imparti. Les concurrents grimpent la ou les mĂȘme(s) voie(s) les uns aprĂšs les autres.

Vitesse :

Ce type d’épreuve fait affronter deux grimpeurs sur deux voies identiques et comme son nom l’indique, le principe est d’arriver en haut le plus rapidement possible.

Saison 2010 – Bloc Junior

Membre de l’Ă©quipe de France Junior de Bloc

N°1 Français au Classement National Junior de Bloc 2010

Vainqueur du classement général de la Coupe de France de Bloc Junior 2010

– 1er de l’Ă©tape de Coupe de France de Bloc Junior 2010 Ă  Clermont-Ferrand

– 2Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de Bloc Junior 2010 Ă  St-Leu ( Ile de La RĂ©union )

– 2Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de Bloc Junior 2010 Ă  Millau

– 3Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de Bloc Junior 2010 Ă  L’ArgentiĂšre la BessĂ©e

1er Ă  L’Open de Bloc Junior 2010 Ă  Villeurbanne

5Ăšme aux Championnats de France de Bloc Junior 2010 Ă  Fontainebleau

7Ăšme aux Masters EuropĂ©en de Bloc Junior 2010 Ă  L’ArgentiĂšre la BessĂ©e

Saison 2010 – DifficultĂ© Junior

SĂ©lĂ©ctionnĂ© pour des stages d’entrainements avec l’Ă©quipe de France de DifficultĂ© Junior

N°4 Français au Classement National Junior de Difficulté 2010

Vainqueur du classement général de la Coupe de France de Difficulté Junior 2010

– 2Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de DifficultĂ© Junior 2010 Ă  Chamonix

– 1er de l’Ă©tape de Coupe de France de DifficultĂ© Junior 2010 Ă  Poitiers

– 5Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de DifficultĂ© Junior 2010 Ă  Valence

– 7Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de DifficultĂ© Junior 2010 Ă  Arnas

– 8Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de DifficultĂ© Junior 2010 Ă  Chamonix

– 2Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de DifficultĂ© Junior 2010 Ă  Briançon

1er au Championnat régional de Difficulté Junior 2010 PACA à Aix-en-Provence

3Ăšme Ă  l’Open de DifficultĂ© Junior 2010 Ă  Albertville

Saison 2010 – Vitesse Junior

Membre de l’Ă©quipe de France Junior de Vitesse

N°1 Français au Classement National Junior de Vitesse 2010

2Úme du classement général de la Coupe de France de Vitesse Junior 2010

– 2Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de Vitesse Junior 2010 Ă  Echirolles

– 2Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de Vitesse Junior 2010 Ă  Arnas

– 3Ăšme de l’Ă©tape de Coupe de France de Vitesse Junior 2010 Ă  ChambĂ©ry

1er au Championnat de France de Vitesse Junior 2010 Ă  Pont Audemer

2Ăšme de la Coupe d’Europe de Vitesse Junior 2010 Ă  Friedrischafen (Allemagne)

9Ăšme au Championnat du Monde de Vitesse Junior 2010 Ă  Edimbourg (Ecosse)

BAOMIX “La force du baobab”
La Pulpe de fruit du Baobab Biologique

BAOMIX “La force du baobab”La Pulpe de fruit du Baobab Biologique


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le baobab, source d’inspiration et de vie au SĂ©nĂ©gal

Arbre millĂ©naire, le baobab fascine de par sa taille, sa singularitĂ© et sa majestuositĂ©. EmblĂšme du SĂ©nĂ©gal, le baobab est devenu une attraction touristique dont la rĂ©putation mondiale est Ă  en conformitĂ© avec les dimensions de l’arbre

Présentation générale du baobab

Le baobab pousse dans les rĂ©gions semi-arides. On compte 9 espĂšces diffĂ©rentes, dont une en Afrique, sept Ă  Madagascar et une en Australie. Cet arbre de la famille des bombacĂ©es de type adansonia a provoquĂ© l’étonnement le plus total des premiers explorateurs occidentaux au 15e siĂšcle. En arrivant sur l’üle de GorĂ©e, les navigateurs portugais ont dĂ©couvert cet arbre unique sur lequel Ă©taient inscrites les armes de l’Infant Dom Henrique. Surpris, les explorateurs europĂ©ens furent abasourdis par le diamĂštre de plus de 20 mĂštres du tronc de cet arbre inconnu. De nos jours, le plus grand baobab du SĂ©nĂ©gal se situe Ă  15 km de Joal et son pied mesure 26 mĂštres de diamĂštre ! Ces arbres ont Ă©tĂ© massivement abattus pour leur bois et leur Ă©corce ; aujourd’hui ils se font assez rares.
Le baobab au fil des siĂšcles

Cet arbre a trĂšs vite Ă©tĂ© exploitĂ© pour son Ă©corce fibreuse car elle contient un fil de qualitĂ© qui autorise un bon cordage. De plus, elle est trĂšs inflammable, ce qui en a fait un matĂ©riau de combustion trĂšs sollicitĂ©. Le baobab est une curiositĂ© Ă  lui seul. Mais cet arbre produit Ă©galement des fruits semblables Ă  la calebasse ; cette similitude lui a valu le nom de calebassier du 15e au 18e siĂšcle. Ses graines sont dures  et de la taille d’une noisettes. Ce n’est que plus tard aprĂšs des rapprochements avec un mot arabe d’Égypte « bu hibab » qui signifie littĂ©ralement « fruit aux nombreuses graines » que l’arbre fĂ»t officiellement nommĂ© baobab.

Le fruit du baobab bio sauvage, d'oĂč on extrait la poudre de pain de singe

Le fruit du baobab bio sauvage, d’oĂč on extrait la poudre de pain de singe

Le baobab, source d’inspiration et de vie au SĂ©nĂ©gal

Plusieurs citations, rĂ©cits et lĂ©gendes africaines Ă©voquent le baobab dans leur propos. Au SĂ©nĂ©gal, tous les rĂ©cits relatifs Ă  la fondation d’un village, d’une ville ou d’un royaume Ă©voquent la prĂ©sence de baobabs Ă  proximitĂ© du lieu d’implantation. Cette relation semble bizarre Ă  premiĂšre vue mais elle est rationnelle. MĂȘme si les baobabs poussent aussi dans les rĂ©gions semi-arides son dĂ©veloppement et sa croissance en un lieu signifient la prĂ©sence d’une nappe phrĂ©atique souterraine. En effet, aujourd’hui on sait qu’un baobab peut stocker plus de 100 000 litres d’eau ; sa seule prĂ©sence tĂ©moigne donc de l’existence d’un cours d’eau enfoui sous terre. VoilĂ  pourquoi les villages, les villes et les royaumes d’Afrique et du SĂ©nĂ©gal sont implantĂ©s lĂ  oĂč poussent des baobabs.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Madagascar dĂ©tient le plus grand nombre de variĂ©tĂ©s de cette espĂšce dans le monde. L’Afrique commence actuellement Ă  replanter les baobabs, non seulement pour l’environnement mais il peut faire l’objet d’une exploitation et peut gĂ©nĂ©rer des devises. C’est surtout les baobabs du genre Adansonia qui gĂ©nĂšrent des fruits et pulpes, intĂ©ressant pour les industries agroalimentaires. On peut bien produire Ă  partir de ces pulpes des produits alimentaires comme des chocolats, des bonbons, des jus de fruits et des yaourts. Au japon, le « Pepsi Baobabs » vient d’apparaĂźtre sur le marchĂ© local selon les informations recueillies.
Madagascar dĂ©tient alors un avantage comparatif par rapport Ă  d’autre pays africains Ă  propos de la fourniture de matiĂšres premiĂšres ; l’arbre pousse naturellement et abondamment dans le pays. Actuellement, seul le type Adansonia dont la pulpe a obtenu l’agrĂ©ment « nouvel aliment » au cours de l’annĂ©e 2008 au sein de l’Union EuropĂ©enne. En fin juillet 2009, la FDA (Food and Drug Administration) des Etats-Unis reconnaĂźt la pulpe produit par la sociĂ©tĂ© baobabs « Fruit Company sĂ©nĂ©gal ». Les baobabs  peuvent produire des fruits entre 8 et 23 ans dont chacun donne en moyenne 200 kilos de fruits. Selon des informations recueillies, le dĂ©veloppement de l’exploitation de fruit de cet arbre n’exige pas de recherches avancĂ©es, la consommation de pulpe de fruit pour faire du jus de fruit est dĂ©jĂ  dans les mƓurs. Une technique de greffage mise au point au Mali a permis non seulement d’obtenir des plants appropriĂ©s pour la production de fruit dĂšs la troisiĂšme annĂ©e mais elle a conduit Ă©galement Ă  des arbres plus petits, ce qui facilite la rĂ©colte des fruits. En effet, la croissance en hauteur des baobabs est de l’ordre de 0,8 Ă  2m par an.
D’autres utilisations
En outre, l’arbre du baobab est un formidable rĂ©servoir pouvant retenir jusqu’à 100 000 litres d’eau et qui peut ĂȘtre rĂ©cupĂ©rĂ©e dans son tronc sans dĂ©truire l’arbre. La pulpe de fruit est utilisĂ©e dans la mĂ©decine traditionnelle pour combattre la fiĂšvre, les douleurs et la diarrhĂ©e. Elle est riche en vitamine B1, B2, B3, en calcium et surtout en vitamine C : 2 500 Ă  3 000 mg/kg, soit six fois supĂ©rieur Ă  celle contenue dans une orange. La pulpe contient des acides qui peuvent ĂȘtre utilisĂ©s pour coaguler le lait pour faire du yaourt. Elle est trĂšs connue pour ses vertus antirides dans le cosmĂ©tique Ă  base de plantes. Les Baobabs  rĂ©servent donc des richesses pour le pays, on devrait penser Ă  sa pleine exploitation.
Source : Madagascar Matin du mercredi 22 septembre 2010, n° 0376

Madagascar détient le plus grand nombre de variétés de cette espÚce dans le monde.

L’Afrique commence actuellement Ă  replanter les baobabs, non seulement pour l’environnement mais il peut faire l’objet d’une exploitation et peut gĂ©nĂ©rer des devises. C’est surtout les baobabs du genre Adansonia qui gĂ©nĂšrent des fruits et pulpes, intĂ©ressant pour les industries agroalimentaires. On peut bien produire Ă  partir de ces pulpes des produits alimentaires comme des chocolats, des bonbons, des jus de fruits et des yaourts. Au japon, le « Pepsi Baobabs » vient d’apparaĂźtre sur le marchĂ© local selon les informations recueillies.

baobabs

baobabs

Madagascar dĂ©tient alors un avantage comparatif par rapport Ă  d’autre pays africains Ă  propos de la fourniture de matiĂšres premiĂšres ; l’arbre pousse naturellement et abondamment dans le pays. Actuellement, seul le type Adansonia dont la pulpe a obtenu l’agrĂ©ment « nouvel aliment » au cours de l’annĂ©e 2008 au sein de l’Union EuropĂ©enne. En fin juillet 2009, la FDA (Food and Drug Administration) des Etats-Unis reconnaĂźt la pulpe produit par la sociĂ©tĂ© baobabs « Fruit Company sĂ©nĂ©gal ». Les baobabs  peuvent produire des fruits entre 8 et 23 ans dont chacun donne en moyenne 200 kilos de fruits. Selon des informations recueillies, le dĂ©veloppement de l’exploitation de fruit de cet arbre n’exige pas de recherches avancĂ©es, la consommation de pulpe de fruit pour faire du jus de fruit est dĂ©jĂ  dans les mƓurs. Une technique de greffage mise au point au Mali a permis non seulement d’obtenir des plants appropriĂ©s pour la production de fruit dĂšs la troisiĂšme annĂ©e mais elle a conduit Ă©galement Ă  des arbres plus petits, ce qui facilite la rĂ©colte des fruits. En effet, la croissance en hauteur des baobabs est de l’ordre de 0,8 Ă  2m par an.

Le fruit du baobab ou pain de singe sur l'arbre

Le fruit du baobab ou pain de singe sur l’arbre

D’autres utilisations

En outre, l’arbre du baobab est un formidable rĂ©servoir pouvant retenir jusqu’à 100 000 litres d’eau et qui peut ĂȘtre rĂ©cupĂ©rĂ©e dans son tronc sans dĂ©truire l’arbre. La pulpe de fruit est utilisĂ©e dans la mĂ©decine traditionnelle pour combattre la fiĂšvre, les douleurs et la diarrhĂ©e. Elle est riche en vitamine B1, B2, B3, en calcium et surtout en vitamine C : 2 500 Ă  3 000 mg/kg, soit six fois supĂ©rieur Ă  celle contenue dans une orange. La pulpe contient des acides qui peuvent ĂȘtre utilisĂ©s pour coaguler le lait pour faire du yaourt. Elle est trĂšs connue pour ses vertus antirides dans le cosmĂ©tique Ă  base de plantes. Les Baobabs  rĂ©servent donc des richesses pour le pays, on devrait penser Ă  sa pleine exploitation.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le Baomix Biologique “La force du Baobab” Pulpe de fruit du Baobab biologique

 

Baomix, poudre de pulpe de fruit du Baobab biologique antioxydante AB Ecocert

Baomix, poudre de pulpe de fruit du Baobab biologique antioxydante AB Ecocert

UTILISATION : Pour prĂ©parations culinaires ou cocktails, dissoudre deux cuillĂšres Ă  cafĂ© de poudre dans un verre d’eau, de jus de fruits, de thĂ© glacĂ©, de lait ou yaourt une ou deux fois par jour. DĂ©couvrez aussi le petit dĂ©jeuner tonique en ajoutant Ă  votre bol de cacao 2 cuillĂšre Ă  cafĂ© de BAOMIX BIO

COMPOSITION
: 100% de la pulpe du fruit de l’Adansonia Digitata (Baobab biologique)
La pulpe de fruit du baobab bio au goĂ»t sucrĂ© et acidulĂ© contient de la Thiamine (vitamine B1) et de la riboflavine (vitamine B2), essentielle Ă  une bonne rĂ©gĂ©nĂ©ration des cellules souches de la peau ainsi  que de la niacine (vitamine Pp B3), efficace dans la rĂ©gulation de nombreuses fonctions mĂ©taboliques. La poudre de pulpe de baobab est Ă©galement trĂšs riche en minĂ©raux, calcium, fer, potassium, magnĂ©sium, manganĂšse, phosphore, zinc ainsi qu’en acides gras essentiels.

2 cuillÚres à café de BAOMIX BIOLOGIQUE contient 44% de fibres dont 22,4% soluble et 22,6% insoluble. Les fibres solubles naturelles sont équilibrantes et fortifiantes de la flore intestinale et participent à un bon transit.
Excellent complĂ©ment alimentaire pour la diĂ©tĂ©tique du sportif, 100 g de BAOMIX BIOLOGIQUE contient 7 fois plus de vitamine C que l’orange (300mg) et 3 fois plus de calcium que le lait (295mg).
Les propriĂ©tĂ©s naturelles antioxydantes BAOMIX BIOLOGIQUE jouent un rĂŽle essentiel dans la lutte contre l’excĂšs de radicaux libres responsables du vieillissement prĂ©maturĂ© des cellules: une arme pour combattre stress et fatigues passagĂšres. Les antioxydants contenus par BAOMIX BIOLOGIQUE sont les plus efficaces de la classe hydrophile. Ils participent Ă  plusieurs processus mĂ©taboliques essentiels : –  la production de collagĂšne – la biosynthĂšse des hormones (stĂ©roĂŻdes), des tissus conjonctifs et des neurotransmetteurs.
l’acide ascorbique contenu naturellement dans BAOMIX BIOLOGIQUE  augmente l’assimilation et la biodisponibilitĂ© du calcium et du fer.

BAOMIX BIOLOGIQUE est particuliĂšrement recommandĂ© Ă  toute personne dĂ©sirant retrouver et/ou conserver une bonne vitalitĂ© : SĂ©niors, enfants en phase de croissance, Ă©tudiants, sportifs, 
 ComplĂ©ment nutritionnel d’un bon Ă©quilibre, Ă  ne pas utiliser comme substitut d’un rĂ©gime alimentaire variĂ©.

EntiĂšrement naturel, BAOMIX BIOLOGIQUE est obtenu par sĂ©paration de la pĂąte sĂ©chĂ© naturellement de l’intĂ©rieur du fruits. – SANS GLUTEN –

Stocker dans un endroit frais, Ă  l’abri de l’humiditĂ©.

Composition pour 100 g du fruit du baobab : 75,6% de glucides, 2,3 % de protĂ©ines et 0,27 de lipides et permet d’obtenir 300 mg de vitamine C

Origine Sénégal

ContrÎle de produit et certifié biologique par :

organic_farming_365-773444-baobab-pulp-fruitcat-usda2-baomix-biologique-organic-baobab-pulpPrint - copie

Plus sur le BAOBAB

L’origine de son nom est incertaine, elle serait arabe et dĂ©riverait de l’expression« bu hibab » (fruit aux nombreuses graines). Quant Ă  son appellation latine, elle fait

rĂ©fĂ©rence en premier au botaniste français Michel Adanson, un des premiers scientifiquesĂ  s’ĂȘtre intĂ©ressĂ© Ă  lui, puis Ă  la forme de ses feuilles en forme de doigts.

Du fait de ses nombreuses propriétés, le baobab est également connu sous

d’autres appellations :

‱ L’arbre bouteille en raison de la forme renflĂ©e de son tronc (ou caudex) dans

laquelle il met en rĂ©serve l’eau sous forme de sucs afin de se prĂ©server au mieuxdes longues pĂ©riodes de sĂ©cheresse. C’est pourquoi on le range parmi les plantes succulentes.

‱ L’arbre Ă  l’envers du fait de ses branches Ă©voquant des racines.

Sa durĂ©e de vie est trĂšs difficile Ă  estimer du fait que la partie centrale du tronc se rĂ©sorbe au fil des ans. Aussi les chiffres jusqu’ici avancĂ©s (entre 1.000 et 3.000 ans, avec la possibilitĂ© d’atteindre les 6.000 ans) ne reposent-ils sur aucune base scientifique avĂ©rĂ©e. Il se pourrait donc que les spĂ©cimens monstrueux soient beaucoup plus jeunes qu’on ne le croit ordinairement.

Ses feuilles sont consommées crues, cuites ou réduites en poudre. Cette derniÚre est secondairement incorporée dans les sauces ou mélangée aux céréales. TrÚs riches en

calcium et en fer, les feuilles participent à la satisfaction des apports quotidiens recommandés en minéraux. Elles sont également utilisées par la médecine traditionnelle sous forme de tisanes et de compresses.

Le plus souvent de forme ovoïde, les fruits (baptisé pain de singe) mesurent entre 20 et 50 centimÚtres dans leur plus grand axe.

Le baobab est l’arbre emblĂ©matique de l’Afrique centrale. Il pousse aussi bien dans des rĂ©gions tropicales arides, semi-arides que lĂ©gĂšrement humides. Son territoire s’étend d’ouest en est depuis les Ăźles du Cap Vert jusqu’à l’Ethiopie et du nord au sud depuis le Sahel au nord de l’Afrique du Sud.

adanson-dig1

Certaines espĂšces voisines

‱ L’arbre pharmacien car des extraits de ses feuilles, de ses fruits, de son Ă©corce et de ses racines sont largement utilisĂ©s en mĂ©decine traditionnelle.

‱ L’arbre magique.

‱ Le symbole de la Terre.

Culminant Ă  une vingtaine de mĂštres, Ă©ten-dant son feuillage sur une vingtaine de mĂštres Ă©galement, il est surtout impressionnant par la circonfĂ©rence de son tronc qui peut atteindre 40 mĂštres (soit un diamĂštre d’environ 12 mĂštres) !

À l’intĂ©rieur d’une coque trĂšs dure, ils renferment une pulpe compartimentĂ©e par des cloisons fibreuses d’un rouge intense qui en rendent l’extraction difficile. Lorsqu’elle arrive Ă  maturitĂ©, cette pulpe est d’un blanc crĂ©meux, spontanĂ©ment dĂ©shydratĂ©e, poudreuseetprĂ©senteungoĂ»tlĂ©gĂšrement acidulĂ©. Elle se dĂ©compose en de nombreux agglomĂ©rats farineux qui recĂšlent d’innombrables graines.

Les graines

Selon les régions, elles sont consommées fraßches, grillées ou torréfiées en remplacement du café.

RĂ©duites en poudre, elles fournissent une farine riche en protĂ©ines (jusqu’à 48%) et vitamine B1 (jusqu’à 2%).

PressĂ©es, elles dĂ©livrent une huile comestible, riche en acides gras appartenant aux trois grands familles d’omĂ©ga : 9 (acide olĂ©ique), 6 (acide linolĂ©ique) et 3 (acide alpha linolĂ©nique). Outre son usage alimentaire, cette huile est utilisĂ©e de façon traditionnelle pour soigner les brĂ»lures et plus rĂ©cemment, en cosmĂ©tologie pour prĂ©parer certaines crĂšmes du fait de son pouvoir hydratant et de sa stabilitĂ© naturelle.

Enfin, comme la pulpe, elle contient une teneur appréciable en adansonine.

Les coques

Quelles que soient les rĂ©gions, elles servent Ă  fabriquer un grand nombre d’objets utilitaires (assiettes, plateaux) ou esthĂ©tiques (bracelets, colliers).

Une pharmacie naturelle avec soi, le fruit du baobab

Un fruit bon, bon, bon Ă  tout faire, une herboristerie Ă  lui seul !

Selon le Centre international des cultures sous-exploitĂ©es de l’UniversitĂ© de Southampton (sud de la Grande-Bretagne), le pain de singe serait «un fruit de l’avenir», car riche en vitamines C, B1, B2 et regorgeant d’antioxydants.

Des scientifiques avancent mĂȘme qu’il recĂšle jusqu’à dix fois plus de vitamine C que les oranges et davantage de calcium qu’un verre de lait. Le fruit de baobab est donc reconnu pour sa teneur Ă©levĂ©e en acide ascorbique (vitamine C) ; en particulier, 100 grammes de pulpe contiennent mg jusqu’à 300 de vitamine C, 11.

L’acide ascorbique est trĂšs important en tant qu’élĂ©ment nutritionnel ou en tant que complĂ©ment alimentaire pour son action anti scorbutique et reste indispensable pour les personnes qui consomment peu de fruits et de lĂ©gumes. Son action antioxydante est trĂšs puissante pour combattre l’action nĂ©faste des radicaux libres. Parce que c’est l’antioxydant le plus efficace de la classe hydrophile ; d’ailleurs, il participe Ă  plusieurs processus mĂ©taboliques essentiels, comme la production de collagĂšne, la biosynthĂšse des tissus conjonctifs.

180px-Baobab_Frucht

La pulpe

Quelques-unes des propriétés

RĂ©duite en poudre, la pulpe entre dans la composition de la pĂąte Ă  pain.

ParticuliÚrement prisée des femmes enceintes, elle est également utilisée comme aliment des nourrissons.

DiluĂ©e dans de l’eau ou du lait, elle participe au SĂ©nĂ©gal Ă  la confection de la bouye, boisson rafraĂźchissante et revitalisante traditionnelle.

Au Soudan, elle est fréquemment mélangée à de la mérissa, boisson fermentée préparée à partir du sorgho dont le goût rappelle celui de la biÚre.

Elle est aussi utilisée comme fébrifuge, antalgique, antidiarrhéique et dans le traitement de la variole et de la rougeole.

Comme d’autre part, elle contient de l’adansonine, un alcaloĂŻde antidote naturel de la strophantine elle sert quelquefois Ă  dĂ©contaminer les viandes provenant d’animaux tuĂ©s Ă  la chasse.

Dans certaines rĂ©gions, la pulpe est brĂ»lĂ©e afin de d’écarter les insectes qui pullulent et transmettent nombre de parasites Ă  l’homme Ă  au bĂ©tail. PropriĂ©tĂ©s nutritionnelles de la pulpe de Baobab et des neurotransmetteurs, des hormones (stĂ©roĂŻdes), l’acide ascorbique augmente l’assimilation et la biodisponibilitĂ© du calcium et du fer. Il est reconnu comme agent prĂ©ventif de plusieurs maladies dĂ©gĂ©nĂ©ratives, comme la cataracte les risques cardiovasculaires, l’artĂ©riosclĂ©rose.

Les apports journaliers recommandĂ©s (AJR) pour l’acide ascorbique est de 75 mg pour des femmes et 90 pour les hommes ; si nous considĂ©rons que l’acide ascorbique contenu dans la pulpe de baobab est mg 300 par 100 grammes de pulpe, la prise orale de 25 et 30 grammes peut couvrir respectivement les apports de vitamine C des humains.

Du fait de sa teneur Ă©quilibrĂ©e en anti-oxydants hydrophiles (vitamine C, flavonoĂŻdes) et lipophiles (bĂȘta carotĂšne, acide alpha linolĂ©nique), la pulpe du fruit de baobab est un vĂ©ritable antioxydant

global. Cette teneur protĂšge donc des attaques des radicaux libres toutes les structures cellulaires.

En mesurant les scores antioxydants par la mesure ORAC de plusieurs fruits, la pulpe de Baobab est 4 fois plus puissante qu’un kiwi, 10 fois plus qu’une orange 15 fois plus qu’une pomme.

Le baobab bio sauvage du Sénégal de type adansonia digitata qui produit le pain de singe

Le baobab bio sauvage du Sénégal de type adansonia digitata qui produit le pain de singe

Capacité Intégrale antioxydante (orac) comparative hydosoluble et liposoluble

‱ Fruit baobab pulp 11,11

‱ Dry Leaves 8,74

‱ Fruit glycolic extract 1,02

‱ Leaves glycolic extract 4,41

‱ Kiwi fruit Pulp 0,344

‱ Orange fresh Pulp 0,103

‱ Strawberry fresh Pulp 0,906

‱ Apple fresh Pulp 0,162

‱ 90% OPC Vegetal extract 10,25

La puple du fruit du baobab possÚde également des propriétés anti-inflammatoires, antalgiques et antipyrétiques notables :

en effet, 500 mg/kg de pulpe de fruit ont une activitĂ© anti-inflammatoire comparable Ă  15 mg/kg de phĂ©nylbutazone (un antiinflammatoire longtemps considĂ©rĂ© comme rĂ©fĂ©rence) ou 50 mg/kg d’aspirine. Cet effet pourrait ĂȘtre en lien avec la prĂ©sence de stĂ©rols, de saponines et de tri terpĂšnes.

La fraction des fibres solubles qu’elle contient a des vertus prĂ© biotiques (Fructo Oligosaccharides) c’est-Ă -dire qu’elle facilite le dĂ©veloppement de bactĂ©ries utiles Ă  notre organisme, notamment les bifidobactĂ©ries suivantes : B. longum, B. infantis, B. bifidum etc. Quant Ă  la fraction insoluble, elle exerce un effet de ballast qui favorise l’émission rĂ©guliĂšre de selles et Ă©vite la constipation.

La pulpe est Ă©galement un bon anti-diarrhĂ©iqueet un excellent rĂ©hydratant Lors d’une Ă©tude menĂ©e chez 160 nourrissons ĂągĂ©s de 8 mois en moyenne et prĂ©sentant des troubles dysentĂ©riques, elle s’est montrĂ©e aussi efficace que la solution de l’OMS. Les tanins (astringents) et mucilages (absorbants) qu’elle contient seraient les principes actifs responsables de cet effet .

La pulpe de Baobab est une source de nombreux autres micronutriments : la pulpe apporte d’avantage de calcium qu’un verre de lait

Principaux constituants nutritionnels :

‱ Acides aminĂ©s pour 100 g de protĂ©ines :

-Proline 2.35g

-Histidine 2.71g

-Leucine 8.41mg

-Lysine 14.62g

-Arginine 6.04g

-Isoleucine 10.73g

-MĂ©thionine .92g

-Cystéine 11.23g

-Acide

Glutamique 4.02g

-Valine 1.62g

-Tyrosine 4.21g

-Tryptophane 1.49g

-Thréonine 2.96g

‱ Valeur en carbohydrates pour 100 g de pulpe de fruit de Baobab :

-Glucose 8.47mg

-Fructose 17.93mg

-Saccharose 10.21mg

-Maltose N.D.

-Polysaccharides solubles 10.21mg

-Amidon 48.10mg

‱ Teneur en principaux minĂ©raux pour 100g de pulpe de fruit :

Calcium 293-300mg (davantage de calcium SantĂ© qu’un Ă  deux verres de lait.)

-Phosphore 96210mg

-Fer 7mg

-Potassium 2.31g

-Sodium 1.86mg

-Magnésium 0.10mg

-Zinc 0.064mg

-ManganĂšse 2.07mg

‱ Teneur en vitamines pour 100g:

-Vit.C 200-300mg

-Total carotĂšnes (Vit. A) 200mcg

-Vit.B1 (thiamine) 0.038mg Vit.B2

(riboflavine) 0.06mg

-Vit.B6 (pyridoxine) 2.13”g

-Vit.PP (niacine) 2.16mg

‱ Fibres diĂ©tĂ©tiques 44.0% :

Constituents: fibres diététiques solubles 22.00%

-Fibres diététiques insolubles 22.00%

-Cellulose 1.5%

-Cendres 1.98%

-Valeur énergétique 200 Kcal/100g

-836 Kj/100g

Une richesse en acides aminĂ©s prĂ©cieux La L-proline est l’un des composants essentiels de certaines fibres de collagĂšne, et sous forme d’hydroxyproline des cartilages articulaires.

Elle n’est pas considĂ©rĂ©e comme un acide aminĂ© essentiel parce que notre organisme sait la synthĂ©tiser. Mais, avec l’ñge (parfois avant 40 ans), notre organisme n’en produit plus suffisamment, alors les fibres collagĂšnes et les cartilages s’altĂšrent peu Ă  peu. Les tissus sous-cutanĂ©s se distendent, l’arthrose fait son apparition et s’étend.

Adansonia digitata

Quant Ă  l’histidine, elle participe Ă  la structure de nombreuses molĂ©cules protĂ©iques (carnosine, histamine notamment) ou Ă  la fixation d’ions mĂ©talliques indispensables (le fer pour l’hĂ©moglobine du sang et la myoglobine des muscles, le zinc pour la collagĂ©nase
), intervient dans la plupart des rĂ©actions de transfert d’énergie au coeur des cellules, contribue Ă  la rĂ©gulation du pH sanguin


N’exposant qu’à un risque allergisant faible, elle sert d’ailleurs d’excipient Ă  la prĂ©paration de certains mĂ©dicaments : paracĂ©tamol, thĂ©ophylline LP


Ne contenant pas de gluten, elle peut ĂȘtre consommĂ©e par les personnes prĂ©sentant une maladie coeliaque.

Des utilisations multiples pour la pulpe de baobab l’extrait de pulpe de fruit

de baobab est disponible en tant que complément alimentaire. On le trouve en label Bio de préférence.

Il est employé au cours :

Des périodes de convalescence :

A la suite, ou au cours d’une maladie, d’un Ă©pisode infectieux, d’une opĂ©ration, d’un alaitement, d’un stress Ă©motionnel important, d’une fatigue passagĂšre, ou saisonniĂšre.

Sa richesse en vitamines, minĂ©raux, aci-des aminĂ©s en fait un excellent rĂ©gĂ©nĂ©rant. La pulpe de graines de baobab ne contient pas de gluten et peut ĂȘtre consommĂ©e par les personnes intolĂ©rantes au gluten.

Régimes végétariens pauvres en protéines et fer.

Chez les enfants :

En période de croissance, par sa richesse nutritionnelle la pulpe de baobab, va apporter un grand Zombre de vitamines et minéraux ainsi que les acides aminés indispensables à une croissance harmo-

nieuse comblant les carences d’une nourriture moderne et pauvre en nutriments.

Lors d’une activitĂ© sportive rĂ©guliĂšre :

Depuis quelques annĂ©es, une sociĂ©tĂ© italienne commercialise nombre de produits dĂ©rivĂ©s du baobab et fait sa publicitĂ© de l’usage qu’en font de nombreux athlĂštes (cyclistes, footballeurs, et mĂȘme un pilote de formule 1) qui rapportent l’amĂ©lioration de leurs performances Ă  la consommation de ces extraits. Le cycliste Damiano Cunego, vainqueur du Tour d’Italie en 2004, en consomme. Des athlĂštes pendant les derniers jeux olympiques en ont consommĂ© Ă©galement, participant sans doute efficacement Ă  leurs bonnes performances.

Des troubles du transit intestinal :

aussi bien au cours des diarrhées que des épisodes de constipation.

Cependant en cas de diarrhée, si son efficacité ne se manifeste pas dans les 2 à 6 heures, il est fortement recommandé de consulter : une infection microbienne est alors fortement à suspecter, nécessitant un traitement antiseptique.

De certaines maladies rhumatismales :

arthrose en particulier par l’apport de micronutriments indispensables ( acides aminĂ©s).

D’affections inflammatoires :

arthrose, arthrite, maladies intestinales inflammatoires.

Certains auteurs font Ă©galement mention de son usage dans la :

prévention du vieillissement, au cours du diabÚte, des affections respiratoires, des maladies cardiovasculaires et neuro-dégénératives, voire auto-immunes 


DĂ©veloppement Ă©conomique durable et Ă©cologie

Comme les Africains tirent bénéfice de toutes les parties de cet arbre, le baobab était une espÚce menacée.

Situation qui aurait été sérieusement aggravée avec la volonté locale de faire une ressource financiÚre des produits du bois de cet arbre.

En recueillant les fruits pour commercialiser la pulpe, les Africains ont pris conscience qu’il fallait prĂ©server et protĂ©ger le baobab.

Aussi, une culture intensive d’une espĂšce de taille plus petite a Ă©tĂ© entreprise, permettant de satisfaire ces deux exigences fondamentales.

Il est Ă  noter que les fruits du baobab n’étaient pas valorisĂ©s, 80 % d’entre eux tombaient Ă  terre et pourrissaient.

Aujourd’hui l’exploitation de cette ressource, dans un vaste projet de dĂ©veloppement durable a permis de crĂ©er 200 emplois au nord du SĂ©nĂ©gal, et de faire vivre plus de 450 familles dans la rĂ©gion de Thies. La valorisation de cette ressource non utilisĂ©e auparavant, a apportĂ© sans conteste une amĂ©lioration du niveau de vie de ces populations .

Le fruit du baobab bio sauvage, d'oĂč on extrait la poudre de pain de singe

Le fruit du baobab bio sauvage, d’oĂč on extrait la poudre de pain de singe

J. KERHARO, JG ADAM : « La pharmacopĂ©e sĂ©nĂ©galaisetraditionnelle. Plantes mĂ©dicales et toxiques », Editions Vigot FrĂšres, 1974.‱ FM RAMADAN, SA HARRAZ, ELMOUGY

: « Anti-inflammatory, analgesic and antipyretic effects of the fruit pulp of Adansonia digitata » dans

« Fitoterapia », 1994 ; 65(5) : 418-422.‱ A. TAL-DIA, K. TOURE, O.SARR, M-F CISSE, P. GARNIER, I. WONE : « A baobab solution for the prevention and treatment of acute dehydration in infantile diarrhea » dans « Dakar Medicine », 1997 ; 42(1) : 68-73. ‱ NE GALIL : « Evaluation of baobab (Gonglase) solution for home management of diarrhoea in Sudanese children », Thesis in

Agriculture, June 1996.‱ M. EICHELBAUM, S. GROSS dans « Advanches Drug Research », 1996,64.

Fruchtfleisch-Inkoop- fruit-baobab-pulp-organic-pulpa-fruto-fruktkjĂžtt-엎맀는-êłŒìœĄì˜-ĐŒŃĐșĐŸŃ‚ŃŒ-ĐżĐ»ĐŸĐŽĐŸĐČ- Đ±Đ°ĐŸĐ±Đ°Đ±Đ°-fruta-baobab-pulpa-giay-bao-bap-polpa-バă‚Șバブぼ-frutto-baobab- Fruchtfleisch-çš„çŒŽéąćŒ…æžœè‚‰-


[Total : 2    Moyenne : 3.5/5]

Recette de PANNACOTTA D’ÉPICES et sa confiture de baobab bio en gelĂ©e

Ingrédients (4 personnes):

– 20 cl lait – 20 cl crĂšme liquide entiĂšre – 1/2 cuillĂšre Ă  cafĂ© d’agar-agar ou 2 feuilles de gĂ©latine (4gr) – 50 gr sucre en poudre – 1 cuillĂšre Ă  soupe d’Ă©pices pour pain d’Ă©pices (Ă  dĂ©faut : cannelle
girofle
muscade
coriandre
poivre) – 4 cuillĂšres Ă  soupe de confiture de baobab + 1 feuille de gĂ©latine

baobab-recette-confiture

Préparation:

Faire ramollir la gĂ©latine dans l’eau froide.
Dans une casserole, Faire chauffer la crĂšme et le lait, ajouter le sucre et l’agar-agar, laisser chauffer Ă  feu doux 2 minutes, ajouter les Ă©pices et laisser infuser. (si on utilise la gĂ©latine, l’incorporer hors du feu)
Filtre la préparation et verser dans les verrines. Faire prendre au froid.

Dans une casserole, faire chauffer la confiture, ajouter la gélatine ramollie. Laisser tiédir
Lorsque la pannacotta est bien prise, verser délicatement la gelée de baobab. Et faire prendre au frais.

Bon appétit!

Souces : www.lesfoodies.com Publié par ISABELLE



 

Vos serez surement intéressé par ces blogs : sel de Guerande, les fleurs de bach, l'aloe vera, la plante de stevia bio, les femmes nappy, le fruit du camu camu, le sel de Guérande, l'arbre du baobab, la feuille de menthe bio, le fruit de grenade bio, la baie d'aronia bio, chia bio, le fruit de l'acerola bio, le fruit de maqui bio, le fruit de guarana bio, l'huile de jojoba bio, la boisson de maté bio, le silicium organique, utilisation du chanvre bio, le thé de rooibos, l'huile d'argan, konjac bio coupe faim, les antioxydants naturels, le sirop agave biologique, physalis peruviana, la racine de gingembre biologique, le citron yuzu bio, le fruit de cupuacu biologique, la baie d'arbouse bio, la vigne rouge bio pour la circulation, urucum bio contre le cancer de la peau, le fruit de lucuma bio, les amandes biologiques, la cerise, le fruit de mangoustan bio, le thym antioxydant, levure de riz, le citron vert, les antioxydants naturels puissants, le raisin riche en antioxydant, l'ortie bio riche en silice, la baie de sureau, le goji de l'Himalaya, les baies de goji Himalaya, les antioxydants naturels puissants, la pulpe de baobab biologique, les protéine biologique, beurre de karite bio, le fruit de l'argousier bio, la poudre de baobab bio, la feuilles de ginkgo biologique,le goji biologique, le champignon reishi biologique, le transhumanisme, les sushis japonais, le fruit du baobab bio, les baies de goji biologique, la pharmacie biologique, le cannabis biologique, la marijuana biologique, les insectes comestibles, les prooxydants, la poudre de baobab biologique, le pain de singe baobab, le baobab biologique, biologiquement, le bouye jus de baobab, baobab.com, la tomate biologique, les insectes comestibles,le fruit du corossol, le fruit du baobab biologique, la feuille de graviola bio, le bambou bio, l'artemisinine bio anti-cancer, baobab.com, la feuille de corossol, un hamburger vegetarien, la dhea naturelle, couple mixte, le caylar, l'armoise anti-cancer, lait de cafard, pissenlit cancer, graviola corossol, la feuille de papaye anti cancer

soigner le cancer par les plantes, la feuille de graviola bio anti-cancer, la baie de goji bio Himalaya, la poudre baobab bio, la baie d'acai biologique, la mure blanche, l'huile de baobab bio, la racine de maca bio, la fleur hibiscus bissap, baies de cranberries bio, le café vert bio, le thé vert bio antioxydant, la baie de myrtille, la racine de curcuma bio, la racine de ginseng biologique, la papaye anti cancer, le desmodium bio pour le foie, la feuille de moringa biologique, l'algue spiruline biologique, l'artemisia annua plante anti-cancer, aliments antioxydants